Bienvenue au royaume de l'à peu près !

Notre groupe a adressé au Maire jeudi dernier, dans ses questions orales en vue du Conseil municipal du 16 novembre 2020, une invitation à rejoindre notre action sur le sujet de la décision de l’Etat d’implanter avenue de Coeuilly, derrière le Fort et le Collège Molière, 150 logements sociaux en constructions modulaires.


Depuis le 7 octobre nous nous sommes déplacés pour aller à la rencontre des Canavérois dans les quartiers et les informer, nous avons mis en place une pétition qui à ce jour a recueilli plus de 300 signatures de riverains, nous l’avons transmise à Monsieur le Préfet et lui avons sollicité une entrevue. Enfin nous avons proposé au Maire la semaine dernière de l’associer à notre démarche.

Monsieur le Maire,


[...] Nous avons appris, un peu par hasard, que fin juillet, l’Etat avait décidé d’implanter avenue de Coeuilly, derrière le Fort et le Collège Molière, 150 logements sociaux en constructions modulaires pour de jeunes majeurs isolés en situation de grande précarité - et éventuellement quelques familles. Notre volonté n’est pas de nous opposer à notre obligation de solidarité mais nous estimons que les erreurs du passé se reproduisent avec de tels projets et particulièrement à Chennevières en concentrant les populations les plus démunies en un même lieu puisque le site retenu est limitrophe du site ADOMA où il existe déjà 55 logements. Par ailleurs, nous estimons que ces constructions modulaires ne sont pas des solutions pérennes pour les personnes qui seront accueillies.


Nous tenons, tout d’abord, à vous dire que nous sommes heureux qu’un vœu contre cette décision unilatérale du Préfet soit présenté lors de cette séance. Vous avez enfin pris la décision de vous saisir de ce sujet certainement à la suite de notre action d’information auprès de la population.


Nous avons lancé une pétition afin que les canavérois puissent être entendus sur le sujet et l’avons transmise au Préfet en sollicitant un rendez-vous auprès de lui. Notre question est plutôt une proposition sur ce sujet : nous vous invitons à rejoindre notre action auprès du Préfet car l’avenir de Chennevières et de ses habitants doit être un combat commun. [...]

Extrait de nos questions orales adressées au Maire Jeudi 12 novembre



Mais plutôt que de faire front commun sur ce sujet qui n’est pas partisan mais qui inquiète à la fois du traitement des emprises par l'État et du traitement social des personnes sans domicile par la construction de logements temporaires, le Maire fait le choix de ne pas accepter notre main tendue et décide de faire cavalier seul. Quasiment 4 mois après les premières informations et sans aucune action de sa part, il lance précipitamment un appel à la mobilisation de la population au travers de sa lettre n°17.


Probablement écrite à la hâte, il y joint notamment un plan où ses ambitions de construction en entrée de ville Nord qu’il oppose au projet de l’Etat ne gênent en rien la construction de logements modulaires. Bienvenue au royaume de "l’à peu près”.

Extrait de la lettre du Maire n°17 - En rouge nos annotations

Aujourd’hui pourquoi ne pas vouloir tenir compte de l’avis des 300 Canavérois qui ont déjà manifesté leur inquiétude ? Et hormis relancer une pétition qui existe déjà, qu’à donc prévu de faire le Maire, absent du dossier depuis le mois de juillet ? Peut-être en saurons-nous plus lors du conseil municipal de ce soir...