top of page

Des immeubles à la place de l’ancienne école Corot

Dernière mise à jour : 16 févr. 2023

Lors du conseil municipal du 12 janvier 2023, la majorité a acté la vente du terrain de l’ancienne école Corot à un promoteur sélectionné lors d’un appel d’offre restreint pour y construire 90 nouveaux logements, suite logique du déclassement voté en mars 2022 (lire notre article : Quel futur pour l'ancienne école et le parc Corot). Comme en pareil cas, le choix s’est fait en attribuant des points en fonction de critères définis par le maire, les voici :

​Qualité du projet et son insertion dans le site

​25 points

​Qualité environnementale

15 points

​Qualité paysagère du projet

15 points

​Concertation

5 points

​Prix proposé

40 points

Le tableau des points maximum attribués à chaque projet par le maire pour sélectionner le promoteur.



La priorité de la mairie : ne pas informer les Canavérois


Bien qu’un pré-projet ait été validé par le maire et son équipe, ne serait-ce que pour attribuer les points, aucun plan des bâtiments, aucun visuel, aucune information sur l’impact en terme de circulation dans le quartier ne seront présentés. A nos questions légitimes, Jean-Pierre Barnaud nous renvoie vers la consultation du permis de construire… lorsqu’il sera affiché. Ah oui, Concertation : 5 points.


Nous pensons que le développement d’une ville ne se décide pas dans le dos des habitants. La mairie en a décidé autrement et continue à ne pas communiquer sur les projets de la ville, les riverains découvriront donc ce énième nouveau chantier quand les grues s’installeront.



Le projet immobilier Corot en chiffres


Voici ce qui est connu aujourd’hui, avec les bribes d’informations que le maire a données.

​Surface du terrain Corot vendu au promoteur

​6 510 m²

​Surface de plancher du projet retenu par le maire (logement 6 000 m2 + crèche 500 m2)

​6 500

​Nombre de logements

​90

​Emprise maximum des bâtiments de 50%

​3 250

​Surface de pleine terre minimum de 30%

​2 160

​Surface restante qui pourra servir à étendre la surface de pleine terre à 50% ou à créer en surface 80 des 120 places de parking obligatoires1 100 m2

​1 100

Cela comprend :

  • La création d’une crèche de 40 places (20 réservables par la ville),

  • La construction de 3 maisons de ville au niveau de la ruelle Colombert,

  • La construction de 2 pavillons en bordure du parc Corot (ndlr : peut-être pour remplacer le foyer de l'âge d’Or),

  • La construction de un ou plusieurs bâtiments de 12,5 mètres de hauteur maximum représentant une emprise au sol d’environ 2 800 m²

  • La création d’un mail piéton reliant la rue Jules Viejo au parc Corot,

  • L’élargissement du sentier du splendide panorama à 9 mètres pour en faire une rue, à sens unique, reliant la rue du splendide panorama à la rue Jules Viejo


A partir de ces informations, nous pouvons imaginer le projet comme cela :


Immeubles parc Corot Plan 3D
Représentation libre du projet d'aménagement du terrain de l’ancienne école Corot @AEC

Les bâtiments du projet seront sans aucun doute plus jolis que ceux mis dans cette illustration et placés différemment mais là n’est pas la question, les hauteurs et les emprises au sol sont respectées et permettent de se faire une première idée.



Pourquoi un projet si dense à cet endroit ?


  • Qu’en est-il de l’accès et de la pertinence de ce type de construction ici ?

  • Où est l'anticipation des besoins en équipements publics de tous ces nouveaux habitants ?

  • Pourquoi ne pas laisser à ce quartier son caractère pavillonnaire ?

  • Pourquoi continuer à dilapider le patrimoine foncier de la ville ?


Tant de questions auxquelles le maire ne souhaite pas répondre. Les côteaux vont petit à petit être colonisés par de petits immeubles puis certainement par de plus grands. Cela a déjà commencé avec la construction de 3 étages au 5 rue Gabriel Péri ou encore avec le projet du Domaine du Panorama, chemin de la croix Saint-Vincent.


Domaine du Panorama : Aussi sympathique que ce projet puisse être, comment l’impasse qui le dessert et le centre-ville déjà surchargé pourront absorber la circulation de ces nouveaux habitants ?


La circulation dans ce secteur de la ville


En l’état actuel, les riverains des rues de Bry, Jules Viejo et Gabriel Péri apprécieront de voir encore et toujours plus de voitures défiler dans leur quartier qui n’aura plus de résidentiel que le nom. Hormis le prévisible passage en zone bleue des rues alentour, le maire va peut-être tenter de ressortir des cartons la création d’une nouvelle voie traversant la place Mon Idée pour rejoindre la rue Aristide Briand. Cela avait déjà été évoqué il y a quelques années et refusé en bloc par les riverains. Une nouvelle tentative de Jean-Pierre Barnaud en englobant tout cela dans un package “circulations douces” n’est donc pas à exclure au regard des difficultés de circulation et de stationnement dans ce secteur.


En rouge, une ancienne proposition du maire pour désenclaver l’école Corot : la création d’un axe A.Briand / ruelle Colombert

Les belles promesses


Dans cet ensemble, une crèche de 40 berceaux. Librement inspiré de nos propositions de campagne de 2020, nous proposions surtout d'agrandir le parc sur la totalité du terrain de l'école Corot et d’y créer parcours de santé, crèches, équipements sportifs ou encore salles pour les assistantes maternelles comme en témoigne notre flyer de l’époque. Le maire criait alors à la désinformation et à la Fake News quand nous évoquions ses projets de construction d’immeuble sur ce terrain.


Extrait de nos flyers de 2020. Nous ne nous étions pas trompés malgré un maire criant déjà à la désinformation.

Le candidat Barnaud avait alors promis d’y réaliser un équipement pour la ville, pourquoi pas une maison de l'animal, avait-il dit. Ce sera finalement plusieurs immeubles pour accueillir plus de 200 nouveaux habitants avec une crèche dans un quartier où les infrastructures routières ne le permettent pas. Ah, les promesses du candidat Jean-Pierre Barnaud…



Et l’écologie dans tout ça ?


Autre point mis en avant, l’aspect écologique et respectueux de l'environnement de ce projet. “Cela permettra de “desimperméabiliser le sol” annonce fièrement Jean-Pierre Barnaud en conseil municipal. Nous ne voyons pas où se trouve le respect de l'environnement dans ces constructions qui devront accueillir 90 places de parking au minimum, certainement plus de 100, soit en surface, soit en sous-sol. Avec les nombreuses nappes phréatiques qui traversent les coteaux, les proches voisins peuvent s'attendre à de belles surprises.


Mais que voulez-vous, entre agrandir le parc Corot et en faire un bel endroit pour les Canavérois comme nous le souhaitions et faire rentrer 4,7 millions dans les caisses déjà bien remplies de la ville , le respect de l'environnement n’a que peu de poids pour notre majorité. Et ce ne sera pas un mail piétonnier traversant cette parcelle qui y changera quelque chose.



Le choix de l’emplacement


Que les choses soient claires, nous avons du mal à croire à ce projet tant il semble peu judicieux et mal placé. Les infrastructures routières peinent de plus en plus à absorber toujours plus de véhicules et la solution miracle que loue le maire pour justifier toutes ces constructions, la ligne du TCSP, a encore été reportée. Ah, elle est loin l’époque où il promettait de s’opposer fermement à toute construction tant que les transports ne seraient pas à la hauteur. Encore les promesses du candidat Jean-Pierre Barnaud.



Et pourquoi pas ailleurs ?


Aujourd’hui toute la ville est occupée par les chantiers... Toute ? Non ! Un espace résiste encore et toujours aux pelleteuses : les emprises de “La Maillarde” derrière le cimetière et l’école germaine Tillion. “Aucun projet n’y est prévu” affirme le maire en conseil municipal.


Périmètre de veille foncière de « la Maillarde » source GPSEA

Pourtant il doit bien exister des projets pour cette zone, la convention d’intervention foncière conclue entre l’EPFIF, la commune et GPSEA signée par le maire en 2016 précise d’ailleurs que “sur les terrains faisant l’objet d’un portage foncier de l’EPFIF, les programmes de logements devront comporter 35 logements par hectare minimum dont 25% de logements locatifs sociaux” soit au moins 1 000 nouveaux logements. Ça ressemble quand même fortement à un début de projet ça, mais il doit être trop tôt pour en informer les riverains et les habitants du Belvédère auxquels le candidat Barnaud a promis monts et merveilles.


Bref, Chennevières continue de se transformer. Certains disent que notre ville est en train de se faire défigurer par le maire. Jean-Pierre Barnaud, lui, dit plus pudiquement qu’il est en train de réveiller la belle endormie… dommage que ce soit à coups de pelle.


Comments


bottom of page