Le désengagement de Chennevières en matière de petite enfance

La délégation de service public (DSP) est un moyen pour une collectivité de confier à un prestataire privé un service qui nécessite des compétences et une technicité particulières, en général lorsque les ressources n'existent pas en interne. S'agissant de la petite enfance, les ressources humaines et les structures existent à Chennevières, il n'y a donc pas lieu d’en confier la gestion à un prestataire, sauf à vouloir se désengager simplement de problèmes de personnel.


Depuis bien longtemps le manque de places et l’accueil des plus petits est un réel souci à Chennevières avec d’un côté des services de la Mairie dépassés par les événements et de l’autre des assistantes maternelles implantées sur la ville en demande permanente d’enfants à garder pour pouvoir s’en sortir.

Malgré cela, le lien n’a jamais réellement été fait et aujourd’hui, après avoir vanté durant toute sa campagne une gestion irréprochable des services publics à Chennevières-sur-Marne, criant à la désinformation lorsque nous proposions notamment d'améliorer l’offre de places en crèches tout en proposant des structures à destination des assistantes maternelles pour pallier aux errances de la ville, Jean-Pierre Barnaud reconnaît, une fois les élections passées, que sa propre gestion ne donne pas entière satisfaction : A l’heure actuelle, nous ne pouvons honorer que 45% des demandes de familles, soit dix points en dessous de la moyenne nationale.” avoue-t-il le 29 janvier dernier au journaliste de 94Citoyens.com


Alors, plutôt que d’essayer d'harmoniser et d’améliorer l’offre de la ville, le Maire décide sans aucune concertation avec les principaux concernés (parents, assistantes maternelles et agents de la ville), de passer “la patate chaude” à un prestataire privé sur le modèle de la crèche des petits Meuniers qui est bien loin, malheureusement, d’apporter toute satisfaction.


Confier la gestion des crèches à un prestataire privé marque, à notre sens, un désengagement clair de la municipalité en matière de petite enfance et de manière plus large un désintérêt et une perte de maîtrise sur le projet éducatif global de la commune qui doit démarrer dès l'accueil du premier âge.

En ce qui nous concerne, les engagements que nous avions pris auprès des Canavérois n'ont pas changé et nous proposons :

  • d’adapter les crèches et les différents modes de garde aux rythmes des parents en élargissant les horaires d’accueil,

  • de faciliter le lien entre les familles et les assistantes maternelles,​

  • de reconfigurer les locaux voire de créer de nouvelles structures pour remplacer celles vieillissantes pour accueillir plus d'enfants, dans des espaces plus grands et mieux aménagés (à noter qu'aucun investissement de ce type ne sera demandé dans le cadre de la DSP proposé par le Maire au futur délégataire qui fonctionnera avec les structures actuelles et donc avec les capacités actuelles).


En mettant en place cette DSP, Jean-Pierre Barnaud et son équipe ne répondent donc pas encore une fois aux besoins des familles Canavéroises, ni même aux demandes des assistantes maternelles qui sont en attente de coordination, d’échanges sur leur activité. Lors de sa campagne en 2019-2020, le Maire s’était vanté de la création du RAM (Relais Assistantes Maternelles) sur le site de la Coccinelle. Mais aujourd’hui, qu’en est-il de ce projet ? Tombera-t-il aux oubliettes avec le transfert des services de la petite-enfance à un délégataire privé qui n’aura comme seuls intérêts que la gestion de structures et les bénéfices à en tirer ? Notre groupe reste vigilant et posera les questions opportunes lors du conseil municipal du 4 février au cours duquel la DSP devrait être votée par la majorité.