Les amnésies du Maire

Lors du conseil municipal du 5 mai dernier, notre groupe a adressé au Maire 2 questions dites orales, l’une au sujet du non-respect de la loi sur la parité au sein du conseil municipal de Chennevières, l’autre au sujet de sa disponibilité auprès des Canavérois suite à sa candidature aux élections départementales.



Voici la transcription des questions et réponses telles que produites dans le procès-verbal du conseil pour vous permettre de juger de la qualité des réponses du Maire. Nos commentaires dans la suite.


Question 1 du groupe « Pour un avenir ensemble à Chennevières » :


Par un jugement du 3 mars 2021, le tribunal administratif de Melun a, sur saisine du Préfet du Val de Marne, annulé l'élection des Adjoints au Maire du 5 juillet 2020 en raison du non-respect de la loi du 27 décembre 2019 qui prévoit que la liste des Adjoints doit respecter le principe de la parité et qu'il doit y avoir une alternance stricte entre candidat de chaque sexe. Le 5 juillet 2020, vous avez présenté une liste d'Adjoints ne respectant pas ce principe, les deux derniers Adjoints étant des femmes. Plutôt que de convoquer un conseil municipal en vue de régulariser cette situation et de faire procéder à une nouvelle élection des Adjoints, nous apprenons que vous avez choisi de faire appel de la décision du Tribunal Administratif auprès du Conseil d'Etat. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi vous engagez à nouveau des frais sur les impôts des Canavérois dans une procédure où il semble peu probable que le Conseil d'Etat vous donne raison, s'agissant ici d'appliquer strictement la loi, si ce n'est dans le seul et unique but de gagner du temps en cette période électorale ?


Réponse rapportée par Monsieur le Maire :


Vous m'interrogez sur notre décision de faire appel de la décision du Tribunal administratif auprès du Conseil d'Etat. Premièrement, il est dans notre droit le plus strict de faire appel au Conseil d'Etat. Deuxièmement, dans l'exécutif canavérois, nous respectons la parité: 5 hommes et 5 femmes. Mais nous avons une autre vision de la parité, autre que par le respect strict de l'alternance, qui nous amène donc à faire appel de cette décision. Moralement et éthiquement, je regrette tout autant la décision du tribunal administratif que votre position d'en faire votre seul sujet de préoccupation en conseil municipal ou sur les réseaux sociaux, alors que la parité est respectée.



Le maire nous explique donc que n’étant pas d’accord avec la loi, il continuera de dépenser les impôts des Canavérois dans un combat perdu d’avance. Soit. Il nous répond également que cette affaire de parité serait notre seul sujet de préoccupation en conseil municipal et sur les réseaux sociaux. Il a, semblerait-il, perdu la mémoire et une lecture erronée de notre question, nous lui rappelons donc que :


  1. Nous n’avons jamais dit que sa vision de la parité était bonne ou mauvaise, nous n’avons fait que lui rappeler à plusieurs reprises que sa décision allait à l’encontre de la loi et que cela serait pénalisable pour le contribuable canavérois qui devra probablement s'acquitter de frais de justice dans cette affaire,

  2. Pour respecter la parité et être en accord avec la loi il lui suffisait simplement, comme lui a suggéré le Préfet, de nommer une femme au poste de 1er adjoint. Mais peut-être arrive-t-on là à la limite de ce qu’est prêt à faire le Maire en matière de respect de la parité. Bref, encore une fois on respecte, mais pas trop : les hommes en tête, les femmes à l’arrière.


Nous lui rappelons enfin et surtout que cette affaire est loin d’être notre seul sujet de préoccupation puisque, en conseil municipal et publiquement, nous nous sommes déjà inquiétés de :


  • La souscription d’un emprunt de 25M pour financer des projets censés l’être déjà (lire l'article),

  • L'octroi par sa majorité des pleins pouvoirs sur l’attribution des marchés, sans limite de montants (lire l'article),

  • La construction d’un centre d’accueil pour jeunes adultes isolés en plein coeur de Chennevières et pour laquelle il ne faisait rien avant notre alerte (lire l'article)

  • L’envol de la dette par habitant pour les années à venir (lire l'article),

  • Le vote par la majorité d’une prise en charge de ses frais d’avocat dans une affaire l’opposant au constructeur du projet immobilier rue du Pont (lire l'article),

  • Le désengagement de la ville en matière de petite enfance (lire l'article),

  • L’absence d’aide et de soutien aux commerces canavérois, qui plus est en pleine crise de la CoVID (lire l'article),

  • Ses mensonges dans les Lettres du Maire dans un but certainement électoraliste, sur une soi-disant taxe d’habitation parmi les plus faibles du territoire alors qu’il n’en est rien, bien au contraire (lire l'article).


Bref, nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.



Question 2 du groupe « Pour un avenir ensemble à Chennevières » :


Vous vous présentez aux élections départementales des 23 et 30 juin pour le canton Champigny 2 et briguez donc un nouveau mandat. Lors de la dernière campagne municipale, vous avez annoncé avec insistance et à plusieurs reprises que vous seriez un Maire présent à 100% pour votre commune. Vous affirmiez par ailleurs que vos opposants seraient incapables de tenir une telle promesse. Pourriez-vous donc nous expliquer comment vous souhaitez vous organiser pour satisfaire à la fois votre mandat de Maire, vos obligations professionnelles, votre mandat de Vice-Président à la Métropole, votre mandat de Vice-Président au Territoire et votre éventuel nouveau mandat au Département tout en respectant votre engagement pris auprès des Canavérois ?


Réponse rapportée par Monsieur le Maire :


Je n'ai jamais annoncé que j'occuperai à titre exclusif le mandat de maire. Les différents mandats que vous citez ont permis à la ville de Chennevières d'obtenir plusieurs subventions pour les différents projets que nous avons. Vous devriez vous en réjouir. On aurait aimé la même énergie de la part de Madame Dirringer pour défendre la ville de Chennevières au Conseil régional, Madame Dirringer qui a d'ailleurs longtemps été 1ère adjointe mais également Conseillère régionale tout en ayant des obligations professionnelles, et cela ne semblait pas vous déranger. Mais bon, avec Madame Dirringer, nous ne sommes plus un paradoxe près.



Le Maire a donc là encore “oublié”. Encore un problème de mémoire, peut-être devrait-il revisionner ses facebook live de campagne pour se la rafraîchir. Mais bon, comme il le dit lui-même, nous ne sommes plus à un paradoxe près.


Quoi qu’il en soit, le Maire se permet à nouveau et comme à chaque fois de digresser et de proférer des attaques gratuites à l’encontre de Marie Christine Dirringer et dont personne ne comprend ni l’utilité ni le but si ce n’est de satisfaire une rancoeur aussi personnelle que déplacée. D’autant plus qu’en termes de subventions ces dernières années, Mme Dirringer en tant que Conseillère Régionale, a tout de même contribué à apporter plus de 2 millions d’euros à la ville pour financer, entre autres, l’école Germaine Tillion et l’aménagement du parc du Fort.


Ah, la mémoire…