Quel futur pour l’ancienne école et le Parc Corot

Dernière mise à jour : 19 mars

En 2020, lors de la campagne des municipales, nous proposions d’utiliser le terrain de l’école Corot aujourd’hui fermée pour doubler la superficie du parc Corot adjacent et ainsi pouvoir y créer parcours de santé et équipements pour les jeunes. Nous proposions également d’y installer une crèche ainsi qu’une salle utilisable à la fois pour l’accueil des assistantes maternelles et louable par les canavérois à l’instar de la maison des familles à côté de l’ancien espace Jean Moulin. (Lire notre article du 17 juin 2020)



Face à ces propositions, le maire s’était alors senti obligé de rassurer ses électeurs en promettant lui aussi sans plus de précision de “rendre cet espace attractif, d’installer de nouveaux équipements et d’agrandir le parc”. Il annonça même, rappelez-vous, vouloir y installer une maison de l’animal. Projet qui, une fois les élections passées, se serait déplacé ailleurs sur la ville voir au-delà.


Aujourd’hui les promesses de campagne sont bien lointaines, le terrain de l’école Corot a été déclassé et, contrairement à ce que le maire aimerait faire croire, il ne s’agit pas que d'un simple acte administratif sans conséquence. Il s'agit de la phase préliminaire et indispensable quand une ville souhaite se séparer d'un terrain ou d’un équipement pour le céder à un bailleur ou à un promoteur. L’école du Bois déclassée en décembre 2021 et vendue en février 2022 en est un parfait exemple (lire l'article sur les votes de déclassement)



Mais quel est donc le but de Jean-Pierre Barnaud ?

Pas d’élection à l’horizon, le maire a 4 années tranquilles devant lui pour mettre en œuvre son programme mais rien, pas un mot sur ses projets, rien de clair. Il a fait emprunter par la ville 25 millions d’euros il y a 2 ans (lire notre article), faisant grimper la dette par habitant et on ne sait toujours pas à quoi cela va servir. A l’image du flou régnant sur la ville, le cas du parc et de l’école Corot est édifiant.

Lors de la campagne des municipales, à propos du terrain de l’école, le candidat Barnaud vous a promis qu’il agrandirait le parc et y créerait de nouveaux équipements.

Jean-Pierre Barnaud a crié à qui voulait bien l’entendre que la cession du terrain à des promoteurs était une fake-news, or aujourd’hui que constate-t-on : aucun projet annoncé et le déclassement du terrain du domaine public.

Plus intrigant encore, le Chalet de l’âge d’or, laissé sans entretien sérieux depuis des mois, se retrouve aujourd’hui trop vétuste pour accueillir du public. Il aurait pu alors décider de simplement prononcer sa désaffectation et proposer un projet de remplacement. Que nenni, le maire désaffecte et propose de déclasser juste un petit bout de terrain indéfinissable sous le chalet.


Le souci c’est que ce petit bout de terrain fait partie d’une parcelle unique, plus grande : la parcelle du parc Corot. Or le déclassement de seulement une partie d’une parcelle cadastrale semble légalement impossible si cette partie n'est pas délimitée.

Nous l’avons interrogé sur cette décision en conseil municipal et lui avons demandé pourquoi il n’avait pas plutôt fait réaliser un nouveau bornage pour être en accord avec les textes de loi. Il se contentera de nous répondre que nous n’avons rien compris, que c’est comme ca qu'il faut faire et que c’est tout ! Résultat aujourd’hui, soit la parcelle n’est pas déclassée, soit c’est l’intégralité du parc Corot qui est déclassé, ce qui laisse à réfléchir sur les projets de Jean-Pierre Barnaud sur l’avenir du parc. Nous avons donc décidé d’interroger le service de contrôle de légalité de la préfecture sur ce sujet, les affirmations du maire pouvant prêter quelques fois à caution (lire l’article sur l'école Jacques Doré).

Deux conclusions possibles à ce dossier : soit l'exécutif est d’une incompétence sans nom, soit il y a un loup. L’avenir nous le dira.

Ce que nous proposons

A défaut d’utiliser l’intégralité du terrain de l’école Corot comme nous le souhaitons pour agrandir le Parc et proposer enfin de nouveaux services faisant cruellement défaut à Chennevières (salles, crèches, espace pour les assistantes maternelles, équipements pour les ados et les familles), nous estimons nécessaire de conserver l'intégralité de la parcelle AI318 comprenant le parc Corot, le chalet de l’âge d’or et la bande de terrain arborée utilisée jusqu’à présent par l’école Corot, afin :

  • d’agrandir le parc,

  • d’y faire reconstruire un équipement pour les seniors

  • d’y installer un Caniparc.


Agrandir le parc

Jusqu’à présent, la parcelle du parc Corot était amputée d’une bande de terre de 1.500 m2 environ qui bénéficiait à l’école Corot.

La bande de terrain appartenant à la parcelle du Parc Corot de Chennevières utilisée par l'école

Aujourd’hui, l’école étant désaffectée et son terrain déclassé, il nous paraît normal de récupérer ses 1500 m2 pour agrandir le parc et en faire profiter ses visiteurs.

Un équipement pour les séniors

La disparition du Chalet de l'âge d’or réduit encore un peu plus les possibilités pour les 3e et 4e âges de se rassembler sur Chennevieres. Avant les élections, les personnes les plus âgées de la ville avaient toute l’attention du Maire : Garden Party sur feu le terrain Jean Moulin, remise en état du boulodrome de la colline verte... Aujourd'hui, après avoir fermé la salle du Bois l'Abbé où se retrouvaient les anciens pour jouer à la belote ou aux dominos, c'est au tour du foyer de l'âge d'or de disparaître. Où les seniors peuvent-ils se retrouver en ville aujourd’hui ? Bien malin celui qui pourra nous le dire.

Il est pour nous impératif de conserver et de développer des espaces d’échange et de rencontre pour nos anciens. Nous proposons de recréer dans le parc, peut-être au même endroit que le Chalet de l'âge d’or, un équipement adapté avec pour objectif le maintien du lien social si cher à nos aînés.

La création d’un Caniparc

Les animaux de compagnie ne sont pas les bienvenus dans les parcs et jardins de la ville et aucun équipement ni espace ne sont proposés aux Canavérois pour pallier cette interdiction. Résultat, de nombreux riverains n’ont d’autre solution que de venir quand même au Parc Corot avec leurs animaux.

Un Caniparc de ce type pourrait être créer dans le parc Corot

Nous sommes persuadés que la création d’un parc pour chiens sur une partie de la bande de terrain arboré utilisée jusqu’à lors par l’école permettrait d'accueillir nos amis les chiens tout en préservant le reste du parc. Ces équipements se développent dans de nombreuses villes et permettent une cohabitation apaisée entre propriétaires de chien et simples promeneurs.

Le financement

Comme à son habitude, le maire vous dira que tout cela n’est pas possible et que ce n’est financièrement pas viable. Nous pensons bien au contraire que cela est tout à fait réalisable et va en plus dans l'intérêt du bien-être des Canavérois.

Après avoir voulu faire croire qu’il allait proposer un nouvel équipement public sur le terrain de l’école Corot, ses dernières décisions concernant ce terrain ne laissent que peu de doute sur son avenir : il va être vendu, oubliez donc maison de l’animal ou tout autre équipement public. Fort de ce constat, nous pensons que la mairie doit imposer au promoteur qui va construire sur la parcelle de l’école, de prendre à sa charge les aménagements du parc ainsi que la création d’un nouveau chalet pour les seniors et un Caniparc. Cela se fait dans d’autres villes, à savoir maintenant si Jean-Pierre Barnaud va l'intégrer au cahier des charges qu’il a déjà dû transmettre aux promoteurs depuis bien longtemps, comme il l’avait fait pour l’école du Bois.