Sectorisation de l'école Jacques Doré : Ayez confianssss

Dernière mise à jour : 12 mars

Il y a quelques semaines, à la suite de plusieurs messages de parents d'élèves inquiets de la modification de la sectorisation de l’école Jacques Doré, nous avons interrogé le maire sur le pourquoi de cette décision, pourquoi envoyer des enfants aujourd’hui à 2 pas de cette école vers des établissements plus lointains (Moulin et Tillion) ?



L’argumentaire premier de Madame Vialatoux, maire adjointe, pour justifier cette décision fût le suivant : “Bonsoir, comme vous le savez, l'école Jacques Doré est un patrimoine classé et nous ne pouvons pas entreprendre de gros travaux pour mettre aux normes PMR et améliorer le confort des classes” (lire l’intégralité de la réponse)


Comme à chaque fois en ce qui concerne les travaux de cette école, l’argument du périmètre des bâtiments de France est avancé et coupe en général court à toute discussion. Mais cette fois-ci, à la lecture de la réponse de la mairie et sur la base de précédents échanges (réunions, conseils d’école), les représentants des parents d’élèves de Doré ont décidé d’interroger les Architectes des Bâtiments de France (ABF) pour mieux comprendre. Ils nous ont autorisé à publier leurs échanges riches en enseignements.


Mail des Représentants de Parents de l'école Doré aux ABF


Madame,


[...] Dans le cadre d’un échange avec la Mairie de Chennevières sur Marne concernant l’école Jacques Doré et la mise en conformité aux règles d’accessibilité des Personnes en Situation de Handicap, il nous a été répondu que la présence de l’église Saint-Pierre, Monument Historique, empêchait, voire interdisait, d’envisager ce type de projet et travaux, alors même que l’église vient elle d’être rendue accessible.


A notre connaissance une demande de dérogation est nécessaire et dûment déposée notamment au titre de :

  1. une rupture de la chaîne d’accessibilité

  2. la présence d’un Monument Historique

  3. un surcoût manifeste

Aussi, nous souhaiterions savoir si la commune de Chennevières sur Marne, dans le cadre d’un projet d’ADHAP, réglementaire et obligatoire, a fait une demande de dérogation auprès de votre service au titre du point 2, depuis 2014 et jusqu’à ce jour.


Par ailleurs, au vu de l’ancien article R111-19-10 et de son évolution réglementaire [...], pourriez-vous nous indiquer quelles pourraient être les mesures de substitution envisageables sur cette école.


Enfin, suivant la base de données Mérimée et le PLU de la commune, l’école serait répertoriée au titre du bâti protégé. Pourriez-vous nous indiquer dans ce cadre, si l’école est protégée dans son intégralité ou pour partie (façades, cours, volumes intérieurs, locaux annexes). [...]

La réponse des ABF


Madame,

En réponse à votre email du 23 février dernier, je m’étonne de votre échange avec la mairie alors que le service d’urbanisme de la ville qui traite ces questions ne semble pas avoir été consulté et que l’UDAP 94, notre service, n’a jamais été consulté pour une demande d’accès PMR sur cette école.


Pour votre information, il n’y a pas de contre-indication d’office au prétexte que nous sommes aux abords de l’église classée monument historique (ClMH). La meilleure des solutions est à trouver dans le respect de l’architecture existante de ce bâtiment.


La protection existante sur l’école est une protection du PLU (mairie) tout à fait pertinente mais qui n’empêche pas de trouver des solutions adaptées.


Je vous invite à vous rapprocher du service d’urbanisme de la ville (mis en copie) qui saura vous répondre de manière pertinente sur un avant-projet qui est à proposer. Notre service sera consulté par la suite étant dans le périmètre délimité des abords de l’église St Pierre St Paul.


Que comprendre donc de cet échange :

  1. l’école Doré n’est pas classée aux Bâtiments de France,

  2. il est tout à fait possible d’y faire des travaux,

  3. la présence de l’église Saint-Pierre n’interdit en rien ces travaux,

  4. le propre service Urbanisme de la mairie n’a semblerait-il pas été consulté (mais il est fort probable qu’une information contraire arrive prochainement),

  5. le service des Architectes des Bâtiments de France n’a jamais été consulté sur ce dossier.


Nous vous laissons juge du crédit que l’on peut aujourd’hui apporter aux explications et à la communication de la mairie, que ce soit dans ces publications ou même lors des conseils municipaux. “Ayez confianssssss”